9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 10:28
Madame Poule et ses enfants
 
Madame Poule vit dans une jolie maison qu'elle a soigneusement aménagée, mais elle est souvent triste car on ne lui a jamais donné d'œufs à couver, alors qu'elle voudrait tant avoir elle aussi des enfants.
Elle ne peut donc se consoler de son chagrin qu'en regardant jouer et rire les enfants de ses voisines.
Madame Cane l'invite un jour à goûter chez elle. Outre Madame Poule, elle a réuni Madame Mésange, Madame Oie, Madame Cygne et Madame Marabout.
Toutes ces dames sont très heureuses d'être réunies, de grignoter les friandises préparées par Madame Cane, de bavarder sans arrêt en échangeant les potins du jour et des recettes de cuisine. Puis, elles en viennent à parler de leurs enfants.
- Les miens sont encore tout petits, dit Madame Cane, mais ils sont très mignons. Ils aiment beaucoup l'eau et ils savent déjà nager. Ils ne se servent de leurs bouées que pour s'amuser ou par plonger. Comme tous les enfants, il leur arrive bien de se disputer, parfois, mais ils ont tous très bon cœur et leurs querelles ne durent jamais bien longtemps.
- Mes enfants sont également très gentils, dit Madame Mésange, mais ce sont surtout d'excellents chanteurs, qui ne cessent de gazouiller et de siffler que lorsque je leur apporte la becquée ou lorsqu'ils dorment.
L'ainé, en particulier, a un tel talent qu'il va préparer le concours du Grand Conservatoire de la Forêt et je suis sûre qu'il obtiendra le premier prix.
Et vous, Madame Cygne, comment vont vos enfants ?
- Très bien, merci, répond Madame Cygne. Ce sont déjà de grands voyageurs, car ils viennent de passer l'hiver avec nous, loin des pays froids, mais ils ont encore besoin d'entraînement et, pour cela, ils ont inventé un jeu avec des ballons multicolores que le porteur doit amener entre deux drapeaux tenus au bout de mes ailes, tandis que ses frères essaient de l'empêcher de passer.
Le jour où ils seront assez forts pour aller seuls au loin, ils auront des enfants à leur tour, et, ainsi, je serai grand-mère.
Madame Marabout qui, jusqu'alors, avait beaucoup écouté (mais aussi beaucoup mangé) dit à son tour :
- Ma foi, mes deux enfants vont bien. Ils ont beaucoup grandi et ce sont d'excellents pêcheurs. Je ris bien souvent en voyant la mine dépitée du pêcheur du village, qui ne réussit parfois à prendre qu'un tout petit poisson alors qu'à deux pas de là, mes fils en croquent des dizaines.
- Je n'ai que trois oisons cette année, dit Madame Oie, mais ce sont les plus beaux, les plus forts et les plus courageux de tous les environs.
L'autre jour, le chien de la ferme croyait les effrayer par ses aboiements mais, à grands coups de bec, ce sont eux qui l'ont mis en fuite.
Le corbeau en est témoin et il n'en croyait pas ses yeux.
Nous avons toutes bien de la chance, mesdames, avec nos enfants.
A ce moment, chacune s'aperçoit que Madame Poule est toute triste et ne dit rien.
Toutes ces dames, qui savent bien que son chagrin est de ne pas avoir d'enfants, sont désolées de lui avoir fait involontairement de la peine.
- Ne pleurez pas, lui dit Madame Cane. Mes amies et moi allons certainement trouver une solution. Rentrez tranquillement chez vous et reposez-vous. Un jour viendra où vous serez considérée comme la meilleure des mamans et vos enfants feront aussi votre fierté.
Madame Poule remercie ses amies, mais n'en reprend pas moins avec tristesse le chemin de sa maison.
Madame Cane est pleine de ressources et d'inventions. Ce n'est pas en vain qu'elle a fait des promesses à Madame Poule, car elle a un plan.
- Voilà, dit-elle à ses amies : c'est demain l'anniversaire de Madame Poule. Nous allons lui offrir chacune un œuf, qu'elle pourra couver et ainsi elle pourra connaître elle aussi les joies de la famille.
- Quelle excellente idée ! s'écrient toutes les amies présentes.
Aussitôt, elles regagnent chacune leur domicile et s'affairent à trouver le meilleur de leurs œufs.
Réunis dans un panier, avec un beau ruban rouge, les œufs sont portés en cortège chez Madame Poule.
- Heureux anniversaire ! crie chacune en entrant.
- Nous vous avons apporté un cadeau, poursuit Madame Cane.
Madame Poule remercie ses amies et leur dit :
- Restez d'abord un instant pour vous rafraîchir, vous l'avez mérité. Ensuite, sans plus tarder, je vais couver tous ces œufs que je dois à votre grand cœur à toutes.
Et Madame Poule se met à couver, sans relâche, avec une patience infinie, ne s'absentant que le strict minimum afin que les œufs ne refroidissent pas.
Un beau jour très tôt, puisque le réveil ne marquait que 5 heures, un petit canard vient au monde, puis, à intervalles réguliers, une mésange, un oison, un cygne et un petit marabout très drôle.
Quelle heureuse famille ! Si vous passez devant la maison de Madame Poule, vous n'y entendrez que chants et rires.
Madame Poule est une excellente mère, veillant à tout, aussi bien au travail qu'aux jeux.
Il faut dire qu'elle est non seulement heureuse, mais aussi très fière de sa famille.
C'est un bien beau jour pour elle lorsque ses enfants, assez grands pour l'accompagner dans ses courses, la suivent gentiment sous les yeux de la ville entière.
Madame Poule ne recueille que des compliments, car personne n'avait jamais vu une telle famille et je crois bien que ce n'est pas de sitôt que l'on pourra en
revoir une semblable.m-lise.
Partager cet article
Repost0